• Repli de peau péri-anale de taille variable (quelques mm à 2cm), le plus souvent souple, indolore et non ulcérée.
  • Le plus souvent asymptomatique, parfois gêne fonctionnelle (esthétique, essuyage, prurit) si lésion(s) trop volumineuse(s) ou nombreuses.
  • Elles sont souvent la forme de guérison d’épisodes antérieurs de thrombose hémorroïdaire.

 Eléments clés

Pseudo-marisques inflammatoires (maladie de Crohn)
  • Examen proctologique complet en déplissant bien la marge anale à la recherche d’une lésion associée (capuchon mariscal secondaire à une fissure anale chronique ? prolapsus hémorroïdaire ?)
  • Ne pas confondre avec des pseudo-marisques inflammatoires (le plus souvent ulcérées en leur centre) devant faire rechercher une maladie de Crohn anopérinéale, ou des condylomes de revêtement granité
  • Le traitement dépend de la gêne ressentie par le patient

 Gravité

  • Aucun

 Examens complémentaires

  • Aucun sauf en cas de doute avec une maladie de Crohn

 Grandes lignes du traitement

Réassurance et abstention thérapeutique█ █ █Si patient asymptomatique
Médical█ █ ░Régulation du transit pour éviter les récidives de thromboses hémorroïdaires, toilettes à l’eau, savons doux…
Chirurgical█ ░ ░Si symptomatique : exérèse le plus souvent sous anesthésie locale en consultation, avec cicatrisation en quelques jours.
Si marisques associées à une autre pathologie (prolapsus hémorroïdaire, fissure anale chronique) : elles sont retirées au cours de la chirurgie (hémorroïdectomie ou fissurectomie)

 

Comité du site 2019
Dr Charlotte Favreau-Weltzer, Dr Paul le Naoures, Dr Alix Portal, Dr Aurélien Vénara, Dr François Pigot.