Journées de colo-proctologie 2011

Suivi des grossesses et modalités d’accouchements des patientes atteintes d’une maladie inflammatoire chronique de l’intestin.
Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), du fait de leurs caractéristiques épidémiologiques, affectent le plus souvent les femmes en âge de procréer. La problématique du suivi de grossesse et des accouchements de ces femmes est donc loin d’être pas une exceptionnelle.

Il est désormais admis que les MICI ont un retentissement limité sur la grossesse dès lors que celle ci est débutée en phase quiescente de la maladie et que la grossesse ne contre-indique pas la plupart des thérapeutiques utilisées dans les MICI. Nous nous sommes intéressés aux modalités d’accouchement de ces femmes et à la relation entre l’accouchement et la présence de lésions ano-périnéales (LAP). Nous avons réalisé, au CHU de Rennes, une étude rétrospective portant sur 79 cas d’accouchement chez 64 patientes atteintes de MICI. Nous présentons nos résultats et les discutons au vu des données de la littérature. Finalement, nous pensons que les poussées digestives de MICI ne doivent pas être un motif de déclenchement ou de césarienne. La décision de la voie de l’accouchement semble se faire d’autant mieux que l’on aura prévu un examen proctologique en fin de grossesse, dans les semaines qui précèdent l’accouchement et il sera utile de le répéter dans les suites de l’accouchement pour que la prise en charge soit bien adaptée. Les patientes ayant eu une LAP avant ou pendant leur grossesse peuvent accoucher par voie basse, si leur périnée ne présente aucune lésion au moment de l’accouchement, la réalisation d’une épisiotomie devant être proscrite au maximum dans ces cas. A l’inverse, la présence d’une LAP active, à type de fistule ou d’abcès, au moment de l’accouchement doit faire envisager une césarienne prophylactique.

Cette approche par une collaboration étroite entre les deux spécialistes, le proctologue d’une part, l’obstétricien de l’autre, doit permettre de prendre les bonnes décisions et conduire à une prise en charge optimale pour ces patientes.

Références
[1] Pagenault, M., I. Tron, et al. (1997). « [Incidence of inflammatory bowel diseases in Bretagne (1994-1995). ABERMAD. Association Bertonne d’Etude et de Recherche des Maladies de l’Appareil Digesif]. » Gastroenterol Clin Biol 21(6-7): 483-90.
[2] Bouchard, D., J Denis. (1999). « Maladie de Crohn ano-périnéale » Acta Endoscopica 29 : 283-93.
[3] Hughes, L. E. (1992). « Clinical classification of perianal Crohn’s disease. » Dis Colon Rectum 35(10): 928-32.
[4] Regimbeau, J. M., Y. Panis, et al. (2000). « [Anoperineal manifestations of Crohn’s disease]. » Gastroenterol Clin Biol 24(1): 36-47.
[5] Kumar D, Alexander-Williams J. Crohn’s disease and ulcerative colitis.Surgical management. Heidelberg : Springer 1993;135:54.
[6] Schwartz, D. A., E. V. Loftus, Jr., et al. (2002). « The natural history of fistulizing Crohn’s disease in Olmsted County, Minnesota. » Gastroenterology 122(4): 875-80.
[7] Rogers, R. G. and V. L. Katz (1995). « Course of Crohn’s disease during pregnancy and its effect on pregnancy outcome: a retrospective review. » Am J Perinatol 12(4): 262-4.
[8] Ilnyckyji A, Blanchard JF, Rawsthorne P, Bernstein CN. Perianal Crohn’s disease     and pregnancy: role of the mode of delivery. Am J Gastroenterol. 1999     Nov;94(11):3274-8.
[9] Sergent, F., E. Verspyck, et al. (2003). « [Crohn’s disease and pregnancy. About 34 cases. Review of the literature]. » Gynecol Obstet Fertil 31(1): 20-8.
[10] Makowiec, F., E. C. Jehle, et al. (1995). « Clinical course after transanal advancement flap repair of perianal fistula in patients with Crohn’s disease. » Br J Surg 82(5): 603-6.
[11] Mareschal, C., R. Vanheuverzwyn, et al. (1986). « [Anal surgery in Crohn’s disease. Clinical and functional results]. » Gastroenterol Clin Biol 10(3): 204-7.
[12] Williams, D. R., J. A. Coller, et al. (1981). « Anal complications in Crohn’s disease. » Dis Colon Rectum 24(1): 22-4.
[13] Beniada, A., G. Benoist, et al. (2005). « [Inflammatory bowel disease and pregnancy: report of 76 cases and review of the literature]. » J Gynecol Obstet Biol Reprod (Paris) 34(6): 581-8.
[14] Brandt, L. J., S. G. Estabrook, et al. (1995). « Results of a survey to evaluate whether vaginal delivery and episiotomy lead to perineal involvement in women with Crohn’s disease. » Am J Gastroenterol 90(11): 1918-22.
[15] Ganchrow, M. I. and H. Benjamin (1975). « Inflammatory colorectal disease and pregnancy: report of a case. » Dis Colon Rectum 18(8): 706-9.
[16] Mangin, M., R. Ramanah, et al. « [Operative delivery data in France for 2007: results of a national survey within teaching hospitals]. » J Gynecol Obstet Biol Reprod (Paris) 39(2): 121-32.
[17] Cornish, J., E. Tan, et al. (2007). « A meta-analysis on the influence of inflammatory bowel disease on pregnancy. » Gut 56(6): 830-7.
[18] Nguyen, G. C., H. Boudreau, et al. (2009). « Outcomes of obstetric hospitalizations among women with inflammatory bowel disease in the United States. » Clin Gastroenterol Hepatol 7(3): 329-34.
[19] Cleandre, D., P. Dufour, et al. (1993). « [Chronic idiopathic enterocolitis and pregnancy. Reciprocal repercussions and treatment]. » J Gynecol Obstet Biol Reprod (Paris) 22(1): 59-65.

Pr P Poulain (Rennes)