Qu’appelle-t-on diverticule du côlon ?

Le diverticule du côlon est une « hernie » développée dans une faiblesse de la paroi colique. Les diverticules sont généralement nombreux, raison pour laquelle on parle de diverticulose. Ils sont situés essentiellement dans le côlon sigmoïde (dernière portion du côlon) même si tout le côlon peut être atteint.

Ces diverticules sont généralement asymptomatiques. On ne connait pas vraiment la façon dont ils apparaissent mais ils seraient favorisés par une alimentation pauvre en fibres.

Comment en fait-on le diagnostic ?

Le diagnostic peut être fortuit, sur l’imagerie. En effet, on dit que 75% des patients de plus de 75 seraient auraient une diverticulose colique.

Le diagnostic peut également se faire au cours d’une complication. On distingue alors les complications aiguës et les complications chroniques.

Complications aiguës

La complication aiguë la plus fréquente est la diverticulite. Il s’agit d’une inflammation des diverticulites qui se manifeste par une douleur importante dans le cadrant inférieur gauche de l’abdomen, associée à de la fièvre.

Dans ce cas-là, une prise de sang est réalisée et montre une inflammation (augmentation des globules blancs et de la Protéine C réactive). En cas d’inflammation, un scanner abdominal doit être réalisé pour confirmer le diagnostic, et surtout pour une éventuelle complication de la diverticulite.

En effet, en cas de diverticulite colique, on peut observer : un abcès à côté du côlon, un abcès à distance du côlon, une péritonite composée de pus et une péritonite composée de matières fécales. La gravité de ces complications est croissante.

Parmi les autres complications aiguës, on retiendra le saignement des diverticules qui peut être majeur et constituer un véritable choc hémorragique. Le diagnostic est généralement confirmé par l’endoscopie.

Complications chroniques

Les complications chroniques sont moins fréquentes et généralement le fruit d’une diverticulite chronique marquée par des douleurs du côté inférieur gauche de l’abdomen, sans forcément que cela soit associé à de la fièvre. Devant ce tableau de douleurs chroniques, le diagnostic différentiel est les « troubles fonctionnels intestinaux ».

Les complications chroniques sont :

  • La fistule colo-vaginale ou colo-vésicale. Il s’agit d’une communication anormale entre le côlon et le vagin ou entre le côlon et la vessie. Le diagnostic est fait par la présence de matières fécales et/ou de gaz dans le vagin ou dans la vessie. Dans ce cas, une coloscopie et un examen gynécologique ou urologique est réalisé.
  • La sténose du côlon. Il s’agit d’un rétrécissement du calibre de la lumière du tube digestif en lien avec un épaississement de la paroi. Dans ce cas-là, une coloscopie est réalisée pour éliminer une tumeur du côlon.

Y a-t-il un lien entre diverticulose et cancer ?

Il n’y a pas plus de risque de cancer chez les patients ayant une diverticulose que dans la population générale. Toutefois, il recommandé de réaliser une coloscopie chez les patients ayant présenté une diverticulite compliquée d’un abcès ou d’une péritonite.

Quel est le traitement ?

Actuellement, le traitement recommandé pour une diverticulite simple sans signe de gravité est un traitement ambulatoire, sans antibiothérapie, ni régime. Toutefois, en cas de patient avec un terrain particulier, un traitement antibiotique est recommandé.

En cas de diverticulite résistante au traitement symptomatique, un traitement antibiotique est recommandé.

En cas de diverticulite compliquée d’un abcès, un traitement antibiotique est recommandé. En cas d’échec du traitement médical ou en cas d’abcès d’une taille supérieure ou égale à 4 cm, un drainage radiologique est recommandé.

En cas de perforation du côlon sans signe de péritonite, un traitement médical peut être proposé sans chirurgie d’emblée.

En cas de péritonite, un traitement chirurgical est recommandé. Une résection avec ou sans anastomose (c’est-à-dire rétablissement de la continuité) est réalisé. Le rétablissement de la continuité peut être protégé par une stomie (poche). La voie d’abord est laissée à la discrétion du chirurgien.

En cas de complication aiguë infectieuse (diverticulite), un traitement chirurgical peut être proposé à distance selon le contexte (immunodépression, épisode initial compliqué)

En cas de saignement sur un diverticule, le traitement chirurgical est évité. Le traitement endoscopique ou radiologique est préféré.

En cas de complication chronique, le traitement chirurgical est la règle.

Dr Aurélien Venara (Angers), février 2019